Poésie / 2007 / La quête de sens

Cocasseries et autres absurdités. Traversée du non-sens et de la déraison.

Déchiffrages langagiers. Bêtes rebus rebutants à défricher. Mauvais jeux de mots et autres calembredaines.

Empreintes de vent et herbes foulées. De la très mauvaise poésie. Entre simplisme dépouillé (et plat), lyrisme pompeux et emphase exagérée.

 

 

 

Epaves exotiques

Mes petits mots d’esprit…

petites carcasses cabossées

à ranger entre le haïku et Gustave Parking.

Places de sous-sol.

 (7.1)

 

Fariboles sans gravité

Au jeu des petites fadaises, rien d'impossible

mais il est de bon ton de garder son sérieux !

(7.2)

 Envolée du cœur serein

Le cœur de l’être en éveil

sur la terre se repose

Et sous le ciel grandiose

s’élargit…

(7.3)

 

BAS-CÔTES propose trois séries de fragments entrecroisées, FADAISES DEFAUSSES, PISTES LUDIQUES, TRACES DEROUTEES.

 

FADAISES DEFAUSSES

Traversée singulière.

Cocasseries et autres absurdités.

Traversée du non-sens et de la déraison.

 

PISTES LUDIQUES

Traversée singulière.

Déchiffrages langagiers.

Bêtes rebus rebutants à défricher.

Mauvais jeux de mots et autres calembredaines. 

 

TRACES DEROUTEES

Traversée singulière.

Empreintes de vent et herbes foulées.

De la très mauvaise poésie.

Entre simplisme dépouillé (et plat),

lyrisme pompeux et emphase exagérée.

 

Et le tout (parfois) très mélangé…

 

 

FADAISES DEFAUSSES

Traversée singulière

(à gauche)

PISTES LUDIQUES

Traversée singulière

(au milieu)

 

TRACES DEROUTEES

Traversée singulière

(à droite)

 

Les uns et les autres

 se suivent sans raison,

au fil des mots et d’une mauvaise

(et tortueuse) inspiration.

 

Prologue

Quelques vains maux

d’esprit… et un peu plus

et un peu moins

 

Mots collants

Des collages immédiats

Envolées spontanées

 (7.4)

Haute montagne

Oublier les pensées sages

Et suivre les pensées sauvages

qui chevauchent la crête…

 (7.5)

Toupie

Joue et… avec les maux

Pour oublier le mal qui tourne

(7.6)

Hybridation sexuée

Des maux cent queues ni tête

 (7.7)

Tortue

Une tortue avance vers nulle part.

Elle perd sa joie à cueillir les larmes

Elle pense au temps qui passe

Et perd la face

(7.8)

Sans issus

Quand l’un passe…

la plupart s’arrête…

Faut-il être bête ?

 (7.9)

Limace

Une limace avance vers l’avenir

Et enlace la nuit qui part vers nulle part

Et qui reviendra demain… peut-être

(7.10)

Fuite

Impossible ailleurs

Eternelle présence de l’instant

 (7.11)

Point ultime

Le . de non-retour…

 (7.12)

Temps crépusculaire

Quand les heures passent

La nuit s’avance

Et quand les heures lassent

Le jour recule

 (7.13)

Ebullition sonore

La révolte guette au dedans

Le volcan crache

Et la lave mécanique chante

(7.14)

Ravage volcanique

A cœur et à cris,

mon corps s’enflamme

Et mon cœur s’empile, meurt

Peace maker

 (7.15)

Guérisseur de l’âme

Maux sans ordonnance particulière

Le médecin des âmes soignent les peines

 (7.16)

Tristes crustacés

L’étoile de mer pleure le jour

Et regarde la nuit le crabe

Qui s’endort sur la berge engloutie

(7.17)

Obscure réflexion

Cerveau : matière grise

pour pensées noires

 (7.18)

Conserves marinières

Le hareng sort de sa boîte

Regarde les convives médusés

(7.19)

Membres enfouis

Pauvres mortels

qui ne verront pas demain

A deux pieds sous terre,

ils seront enterrés.

 (7.20)

Géographie biblique

L’Enfer et le Paradis,

2 hémisphères célestes

scindés par l’équateur :

le purgatoire sur terre.

 (7.21)

Ensorcellement solitaire

Gardien du phare à l’ouest d’Eden

J’entends les pleurs des baleines

Et l’appel désespéré des blanches sirènes

(7.22)

Intervalle haldassien

La nuit du veilleur,

un espace-temps libre

 (7.23)

Couleurs nocturnes

Nuit blanche et dents jaunes

Pour le fumeur des aurores

 (7.24)

Maladie mortelle

Après l’annonce d’un cancer

Tumeur une première fois

Quelques temps passent…

Et tu meurs une seconde fois…

(7.25)

Bougie

Sur la cire blanche

penchait la flamme

 (7.26)

Plaies spirituelles

Panser le noir

Mercurochrome de l’âme

pour raviver les couleurs

des cœurs sombres

 (7.27)

Destin plébéien

La mort sur nous s’acharne…

plante ses dents…

la terre pleure…

hurle sa douleur…

(7.28)

Océan cérébral

Mots endiablés qui sortent

de la boite crânienne

Pensées qui se déchaînent

sur l’amer agité

 (7.29)

Griffes carnassières

Etre la proie du malheur

Rapace serait donc la vie ?

 (7.30)

Mauvais pêche

Le poisson rouge bouge

dans son bocal de verre pilé

Pleure des larmes d’eben

Ironie du sort d’un macchabée

en sursis

(7.31)

Option incommode

L’embarras déchoit…

 (7.32)

Transport jubilatoire

Je vide la barque

avec un verre à dent

Et j’en ris. Pourquoi ?

(7.33)

Aberration auditive

Absourdité, mots mal entendus

 (7.34)

Météorologie intérieure

Les éclaircies ombrageuses

des pensées sombres…

(7.35)

Armée des corps

De guerre lasse,

j’abandonne la partie

Deux jambes en l’air

Cent personnes au milieu

(7.36)

Exaspération identitaire

Je suis mon chemin.

Mais y arriverais-je à bout ?

 (7.37)

Désert intime

Archipel intérieur,

Ilot illustre,

Oui, je l’ai cru, Zoé…

(7.38)

Histoires de nœuds

Au fil des chemins

se tissent les fils…

A la croisée des chemins

se nouent les liens…

Et à la fin du chemin…

 l’espace s’ouvre-t-il… ?

 (7.39)

Echappée belle

Une voie… cent issues…

Route aux horizons multiples…

 (7.40)

Moquette élimée

Au loin, quelques arbres en épis

sur une colline chauve

Moquette dégarnie

Simulacre de postiche naturel

(7.41)

Geôle

Prisonnier du hasard

Dé-tenu, destin… enfermé

 (7.42)

Couleurs mensongères

Le rouge ouvert

Et le verrou rouge

(7.43)

Loi universelle

Guérir sa peine

Bannir sa haine

Se soumettre au règne

 (7.44)

Fin de chagrin

Oublier la tristesse

Et manger ses larmes

Conseils anti-mélodramatiques

 (7.45)

Rempart olfactif

Parapet, mur à flatulences…

Et dire que les ballonnés s’assoient dessus !

 (7.46)

Souffle incongru

Le vent ébruite

des sons insolites.

Prout ! Glup ! Gloup !

C’est pathétique !

(7.47)

Question à jeun

Boileau était-il ivre

en écrivant ses vers ?

 (7.48)

Brame crépusculaire

Dédain et le serf

Aux abois

Dans la brume

Se convertit

à la pâleur du soir

(7.49)

 

Poésie

Défaire des vers

Franchement…

à quoi ça rime ?

 (7.50)

Obscur enseignement

Maître des mots sombres

sous le ciel argenté des pensées

(7.51)

Ile nocturne habitée

Nuit d’exil

au cœur du monde,

Longue veille

sur mes frères endormis

Au petit matin,

On me trouve

au cœur de mes feuilles,

assoupi…

 (7.52)

Horde spatiale

Le quartier de lune est squatté

par une nuée de sauterelles

Une armée de cosmonautes

en combinaisons de dentelle

(7.53)

Mauvais rêve

Blague de somnambule :

histoire à dormir debout

 (7.54)

Cupidons démoniaques

Petits anges aux allures diaboliques

combattants de Lumière

Aux flèches transparentes

qui percent les cœurs qui s’ensanglantent

(7.55)

Jambes noctambules

Les bas blessent

des diablesses maléfiques

Dans les hautes heures de la nuit

 (7.56)

Plaisirs abrités

Délices informatiques

Par écrans interposés

Le supplice charnel de la virtualité

(7.57)

Amour musical

Les cymbales du cœur s’emballent

Pour des histoires d’amour à cent balles

Pauvre musique des cœurs !

(7.58)

Espoirs intuitifs

Dans le ciel des pensées

courent les nuages de l’espérance

 (7.59)

Brève histoire de la durée originelle

Eve à… , naissance

d’un fragment de temps fugace…

 (7.60)

Saisons de-saisies

Dans les draps défaits des amants,

Le printemps s’est invité

Et l’été s’ennuie en patientant

(7.61)

Troubles juvéniles

Le corps sage et la gorge palpitante…

Premiers émois adolescents

 (7.62)

Démoniaque cité

L’Eden park. Au cœur de l’enfer…

(7.63)

Trouées nocturnes

Matelas enfoncés par les corps assoupis

Les dormeurs ronflent du repos céleste

 (7.64)

Vague aérienne

Les éclaboussures du vent…

(7.65)

Rumination sur l’amour

Les trains passent

Et l’étreinte lasse

Ah ! La vache ! Quelle peau de vache !

S’écrient les passagers.

(7.66)

Enfouissement

Conflits d’interdits

Guerre de retranché.

 (7.67)

Comment-taire

Commentaires de commentaires :

comment se taire ?

(7.68)

Interdit aléatoire

Dé fendu, hasard  partagé

 (7.69)

Regard trouble

Je… vil être

A défaut d’être, voilà la vue…

brouillée à jamais

(ou pour longtemps peut-être)

(7.70)

Pudeur

Animal rusé

qui se cache des huées

 (7.71)

Source d’inspiration

Prisonniers de la fable

La Fontaine se tarie…

 (7.72)

Opéra-comique

Le chanteur lyrique

prend des airs dramatiques

(7.73)

Tristesse sanglante

Une goutte de sang

dévale le torrent des pleurs

 (7.74)

Mythe hybride

Les androgynes naissent

dans les chou-fleurs

(7.75)

Entre Herr Hesse

Séparation réparée

Réparation séparée

 (7.76)

Incongruité orale

L’éM’otisme enferme

Et le mutisme s’y lance…

(7.77)

Silence affecté

Mal d’âme

Maux précieux

Et verbes engloutis

 (7.78)

Bide

Le gros clown triste est fou de joie

Son numéro est un vrai fiasco

(7.79)

Vœux ardents

Qu’au dedans grandisse la chaleur

Et se consume la froideur

Voilà notre seul d’espoir

 (7.80)

Aventure aléatoire

Dé-laissé : est-ce le hasard

qui nous quitte… ?

 (7.81)

Eclaircie

La foudre du ciel.

Et la coupe de soleil…

(7.82)

Climatologie horlogère

Nuages, étranges messagers

du temps qui passent…

 (7.83)

Voyage immobile

Partir sans s’en aller

 (7.84)

Option de voyage

Un carnet de route

Ah non ! Incarné deux routes ?

D’accord ! Mais lesquelles… ?

 (7.85)

Etonnante édification 

Toute construction

me laisse pantois…

Oui ! Franchement !

Ca m’édifie…

(7.86)

Double chute

Verticale aplatie,

Point zéro de l’horizontalité…

Tout à recommencer…

 (7.87)

Sans abri

La limace est un escargot sans coquille

Et la jonquille une fleur jaune qui fane

Sous le soleil ardent des rancœurs

(7.88)

Dangers

Assis sur le bord du monde

je regarde l’abîme

 (7.89)

Architecture humaine

Décrépis… sur le murs,

ils s’affaissent…

 (7.90)

Assèchement mélancolique

Les nuages pleurent

Quelques gouttes qui coulent

sur le visage du ciel

retrouvé desséché au petit matin

 (7.91)

Gouttes intérieures

Larmes du cœur,

pluie de l’âme

(7.92)

Point de vue

L’Homme se proclame

trait d’union entre le ciel et la terre…

Oui, peut-être… mais qu’en pensent les girafes ?

(7.93)

Focal

Ne pas perdre de vue son objectif

Voilà une bonne optique

pour un photographe

 (7.94)

Jeu de couture

Epingler son adversaire

Tirer son épingle du jeu.

Et se piquer d’être victorieux.

Se piquer au jeu ?

Franchement… pourquoi faire ?

Ah ! Mon Dieu ! La triste affaire !

(7.95)

Rêve d’haltérophile

Haltère-égo ; l’autre moi…

en plus musclé…

 (7.96)

Choix des armes

Lame et l’âme nous possédons

Mais laquelle aiguiser pour le combat ?

Combat terre à terre

pour conquérir le Ciel

 (7.97)

A vos armes !

La paix des races ! Oh oui !

Quand tous les trous du c…

du monde auront pactisé !

(7.98)

Itinéraire

Carnet de bi-route,

journal de bord d’un hétéro gai

(mais pas forcément joyeux).

 (7.99)

Aux nus désarmés

Soldats de la paix

Appelés pour l’étrange guerre

Combat de la non-violence imposée

Pour désarmer les armées à la violence millénaire

(7.100)

Injustice

Des droits trop courbés…

Et penche la balance…

 (7.101)

Fabuleuse contré de la souffrance

Malaisie, Ô ma patrie !

Eh bien quoi, la loumpour !

C’est vrai ! Je cherche à m’évader…

Prisonnier en exil du pays

imaginaire de la douleur…

(7.102)

Cycle obscur

Nuit noire

Jour gris

Et mon cœur

s’empourpre

de sombre

 (7.103)

Peinture

Météorite, une rage d’étoiles,

Un orage d’étoiles

Un âge d’or des toiles

 (7.104)

Tristes teintes

Van Gogh, peintre de la lumière noire

harassé sous le soleil glacé de l’hiver

 (7.105)

Injuste équilibre

L’incroyable légèreté du monde…

et le poids des souffrances

La balance serait-elle truquée ?

 (7.106)

Couplet incomplet

Dix stances sur la distance

(7.107)

Entraves

Travail à la chaîne,

esclaves des temps modernes

 (7.108)

Froideur judiciaire

Palet de justice

et sentences glacées

 (7.109)

Funeste samedi hébraïque

« Et s’abat la mort sur… »

crie le vieux chien juif à la camarde…

(7.110)

Funeste entrevue

Visite guidée de la grande faucheuse …

Un peu guindée dans son costume

 (7.111)

Sombre clairvoyance

Triste joie et joyeux chagrin

Pour celui qui voit

 (7.112)

Obsession visuelle

Je regarde beaucoup… beaucoup…

avec insistance… insistance…

(et jusque dans le blanc des yeux)

le matte-à-mort…

(7.113)

Sentiment à plat

Crève-cœur,

A l’affection dégonflée

 (7.114)

Gastronomie ossuaire

Le croque mort bouffe du macchabée

Et vomit la nuit des pieds de pissenlit

Nausée crépusculaire dans le cimetière

(7.115)

Week-end laborieux

Dix manches, deux pioches,

Petit inventaire de fin de semaine.

(7.116)

Histoire de saucisse

Boudin et saucisson

Sont les sales amis du cochon

(7.117)

Lourd danger

La gravité des insouciances…

 (7.118)

Songe muet

Le mime s’endort en rêvant

De paroles silencieuses

 (7.119)

Spectacle crépusculaire

Les souris denses et les chats légers

volent sur les gouttières ébahies

Et devant l’éternelle chorégraphie

La lune, joyeuse, chaque nuit, applaudit

(7.120)

Tendresse épargnée

Sous l’oreiller matelassé

dort une liasse de billets doux

Thésaurisation de l’affection

 (7.121)

Retour de vague

Galipettes éreintantes

pour sémillantes sexagénaires

Le troisième âge

sur la déferlante des corps.

(7.122)

Petite bête

Pré-puce, l’avant du petit animal

 (7.123)

Effleurement saisonnier

Le tendre frémissement des feuilles

caressées par le vent d’automne…

 (7.124)

Cité florale

Fleurs labyrinthiques

Histoire de pétales

Dans le dédale

De quartiers sans histoire

(7.125)

Temps habituels

La vie tranquille des heures ordinaires.

La vie ordinaire des heures tranquilles.

 (7.126)

Réveil névrotique

Obsessions matinales, descente de lit-anies

 (7.127)

Couleurs saisonnières

Les âmes grises

des petits matins d’hiver

 (7.128)

Rite quotidien

Tartines de pain beurrées,

hosties séculières du matin

 (7.129)

Curieuse gastronomie

Manger des fraises

En les attrapant par la queue

Et les tremper dans la mayonnaise

Vous verrez ! C’est délicieux !

(7.130)

Jours familiers

Route-ine, surnom affectif

de la route ordinaire…

 (7.131)

Brève insertion de l’éternité

Parenthèse éternelle

 (7.132)

Double nutriment

L’homme pense

Et se remplit la panse

En animal cérébral et stomacal

(7.133)

Ode quotidienne

Une tasse sur une table

Un visage sur un oreiller

Une brosse à dents dans un verre

Quelques poils dans la douche

Le quotidien émietté

Et l’ordinaire en miettes

 (7.134)

Gaieté florale

Une vie sans pétale

Une fleur sans joie

 (7.135)

Condiments

Les échalotes pleurent de joie

Et le thym rose s’affadit

Devant les assiettes dégarnies

(7.136)

Typologie du rebus

Des tris tuent…

Catégorisation morbide

 (7.137)

Monture aveugle

Une carotte a cru voir

Un cheval sans selle au galop

Avec un peu de crottin râpé

sur le dos.

(7.138)

Gastronomie à la carte

De la nouvelle cuisine d’en choix.

(7.139)

Obscures poubelles

Le noir des bennes

Sombres immondices

 (7.140)

Senteurs en granulés

La litière du chat est gâtée

Pourrie jusqu’à l’étron

Et partout ce parfum d’encens au citron

(7.141)

Assèchement

Tristes pensées

aux pétales déjà fanés

 (7.142)

Cliché

Le pleur des enfants

et la grimace des parents,

éternel tableau familial

 (7.143)

Souvenirs d’antan

Album-photos

Vie rangée dans un tiroir

 (7.144)

Communauté d’étriqués

L’étroite grandeur d’âme

des petites gens

 (7.145)

Enfer saisonnier

Cols roulés en boule empaquetés

dans la valise pendant l’été

 (7.146)

Couleurs estivales

(et patriotiques)

Rouges gorges et blancs bonnets

devant la grande Bleue

Une blonde sur la plage ensoleillée

Emue devant l’immensité azurée

(7.147)

Prison affective

Le carcan des cœurs vertueux…

 (7.148)

Batifolage déguisé

Bas les masques

au carnaval de Venise :

loup à porte-jartelles

(7.149)

 

Anonyme angoisse

Foule : forêt d’êtres sans visage

aux feuillages inquiétants

 (7.150)

Source vive

Ne pas oublier

d’arroser les pensées

Fleurs si délicates

 (7.151)

Envolée céleste

Chevaucher les nuages

dans la prairie du ciel

Parmi une nuée de sauterelles,

décoller

(7.152)

Sans toi(t)

Enfilade de tuiles,

funeste destin

(7.153)

Sites merdiques

Tour Eiffel by night

Touriste à Guatanamo !

La chiasse… Eh merde !

(7.154)

Fers rouges

Esclaves entravés de chaînes pourpres

Curieuse botanique des Hommes

 (7.155)

Injustice gastronomique

Un avocat aime l’oseille… mais

A quelle sauce aimerait-il être mangé ?

(7.156)

Paroles effeuillées  

Si les arbres pouvaient parler

Mais ils parlent… écoutez

N’entendez-vous pas

leurs feuilles trembler ?

 (7.157)

Pesantes heures

Dans la profondeur des cimetières

paissent les âmes…

Et dans la hauteur des cimes

virevoltent les corps…

Affaires de pesanteur

 (7.158)

Balancements

Mouvement circulaire des astres

Mouvement pendulaire du temps

Et mouvement oscillatoire des âmes.

 (7.159)

A vitesse débridée

Vive la Chine ! ¼ de l’humanité

Un car déshumanisé visitant Paris

(7.160)

Evolutions naturelles

L’humanité progresse

Et le désert avance

Est-ce un progrès ?

 (7.161)

Scène monétaire

Montagne d’argent

La pièce dort éternellement

 (7.162)

Atome cosmique

Caillou minuscule

Est la Terre des Hommes

Infime particule

dans la vaste étendue

 (7.163)

Irréversible déclin

Travail et société moderne

Décadences infernales…

 (7.164)

Météo scolaire

Cancrier : à bas l’école !

Tout l’temps ! Tout l’temps…

(7.165)

Reflet blessant

Derrière la vitre

Je me suis cogné l’œil

contre le paysage.

 (7.166)

Météo scolaire (bis)

Grammaire nuageuse

Orthographe orageuse

Et pluie battante

Catastrophe pédagogique

 (7.167)

Ode au radiateur

Eclabousseurs de taches

Le papier buvard à la main

Qu’encre sur la table

Cancre taché d’encre…

 (7.168)

Sérieux irrespect

Que le maître se fasse mettre…

impolitesse studieuse

(7.169)

Intellectuel

Emissaire du cerveau…

Et misère de l’esprit.

 (7.170)

Obsessions idéatives

Petits mots collés

à la glue des pensées fixes

 (7.171)

Distance respectueuse

Quand le mètre se fait maître,

la mesure s’impose…

(7.172)

Oasis

Mes pensées arrosent

le monde aride

Et je sèche

mon cœur humide

 (7.173)

Suées saisonnières

Les nuages transpirent

De grosses gouttes de sueur

Liqueur de printemps

 (7.174)

Zone sudoripare

Ex sud ation,

ancienne transpiration provençale

Dégoulinantes pelades

sous l’ardent soleil du Midi

(7.175)

Enivrement

Sécheresse

Source d’éveil

Fontaine tarie

Saoul d’aridité

Je m’enivre du vent

 (7.176)

Saoulés de maux

Accoudé au comptoir,

 l’ivrogne s’enivre de ses pleurs.

Et jusqu’au petit matin cuve son chagrin

 (7.177)

Songes

Sous le soleil d’été,

la lune éclaire les nuages

Qui passent sans bruit

devant la fenêtre

des rêves endormis

(7.178)

Poésie de comptoir

pour pochetrons du verbe

Mots cousus dans une bouche d’or

Verbes garnis de sujets pathétiques

Saoulé par l’ivrognerie langagière

(7.179)

Histoire vertigineuse

Débat d’auteurs…

Profondeur de surface

Et point zéro de la verticalité…

 (7.180)

Fantasmes du firmament

Chasseur d’étoile

Plongeur de ciel

Passeur de lumière

Est-ce là de vrais métiers ?

 (7.181)

Hommage éperdu

Rêveries solitaires

d’un promeneur égaré…

 (7.182)

Ode à la non-consommation

Poème à lire tout haut…

et la tête en bas… embarrassé

Rien acheté et tout à jeter.

(7.183)

Stupidité naturelle

Quelle honte à se montrer idiot ?

Aucune. Humaine est la bêtise, non ?

 (7.184)

_